Catégories
Protocole : Organismes techniques

Les suivis AuxiMore sur la station Arvalis de Boigneville (91)

La station de Boigneville accueille cette année plusieurs expérimentations de suivi de la faune auxiliaire dans le cadre du projet AuxiMORE. Nous avons choisi six parcelles qui présentent entre elles des différences de conduites culturales.

2 parcelles en système biologique
2 parcelles en conduite raisonnée
2 parcelles en conduite Mach 2 (optimisation du temps de travail)
Sur les six parcelles suivies, toutes semées en blé tendre d’hiver, nous avons mis en place les protocoles élaborés d’AuxiMORE : pots Barber, planches à invertébrés et cuvettes jaunes.

Une planche à invertébrés

Enfin, 2 couples de pièges cornet ont été installés, dans les aménagements d’une parcelle bio et d’une parcelle Mach 2.

Un couple de pièges cornet prêt pour la récolte

L’installation de ces protocoles permettra d’appréhender et de décrire la faune présente sur les parcelles, et ainsi de démarrer une comparaison des différents systèmes vis-à-vis des populations bénéfiques (auxiliaires de cultures, pollinisateurs…). Tous ces pièges sont relevés de manière hebdomadaire. Les relevés ont commencé le mardi 6 mai, et les premières observations semblent concluantes. Il faudrait juste que les mulots arrêtent de venir se suicider dans mes pots, ça perturbe les données !

Un pot Barber qui n’attend que moi

Voilà pour le moment en ce qui concerne les expériences mises en place sur le site de Boigneville. Je me tiens à votre disposition pour toute information complémentaire.

Antoine MARTIN – Arvalis

Catégories
Auxiliaires Protocole : Organismes techniques

Pourquoi les outils d’évaluation de systèmes ?

Les outils d’évaluation multicritères développés dans le projet AuxiMore ont pour but d’aider les opérateurs de terrain (agriculteurs, conseillers agricoles, …) à juger du potentiel d’accueil en auxiliaires d’une parcelle. Les insectes concernés sont les syrphes, les micro-hyménoptères parasitoïdes de pucerons, les coccinelles, les chrysopes et les carabes ainsi qu’un ravageur, les limaces.

A l’aide de ces outils, il sera facile de réaliser de nombreuses simulations de changements de systèmes et d’en estimer les conséquences vis-à-vis des auxiliaires. Ces évaluations pourront servir aussi bien à un agriculteur particulier souhaitant changer ses pratiques qu’à l’animation de groupes de réflexion.

Au travers des diverses simulations réalisées, chacun pourra évaluer ses nouveaux projets et choisir ceux qui conviennent le mieux.

Vous pouvez voir ci-dessous un exemple de modification d’un système de culture et de ses aménagements à partir d’une évaluation du potentiel d’accueil en syrphes.

Exemple de modification d’un système de polyculture élevage appuyé sur l’évaluation du potentiel d’accueil en syrphes d’une parcelle située en Bretagne :

Ci-dessus, vous pouvez voir une représentation du potentiel d’accueil global de syrphes initial d’une parcelle (en haut, t0), après une première modification du système, qui consistait à diminuer l’utilisation d’insecticides (au milieu, t1), et après une seconde modification caractérisée par la mise en place d’une bande enherbée (en bas, t2). Puis ci-dessous, vous avez en parallèle un radar représentant les facteurs influençant chacun de ces potentiels d’accueil.